COMMUNIQUÉ DES FÉDÉRATIONS CGT COMMERCE ET SERVICES ET BANQUES/ASSURANCES

Cofinoga : stratégie de casse sociale de BNP Paribas et des Galeries Lafayette

mardi 31 janvier 2012

L’annonce massive de suppressions d’emploi au sein de l’entreprise COFINOGA ne peut que susciter réprobation, indignation et condamnation.
Cette société spécialisée dans le crédit à la consommation, propriété des groupes BNP Paribas et Galeries Lafayette, est délibérément sacrifiée par ses deux actionnaires.
La première conséquence concerne l’emploi avec la suppression de 433 postes dont 368 sur le seul site de Mérignac (33).

La crise, les évolutions réglementaires du « crédit revolving » sont les raisons avancées pour tenter de justifier cette casse sociale. Mais de qui se moque-t-on ? Quatre administrateurs sur sept sont des dirigeants de BNP Paribas et n’auraient rien vu venir ? Nous refusons de croire à une simple erreur de stratégie.

La baisse du crédit à la consommation était prévisible. C’est une réalité depuis 2008/2009. L’augmentation du chômage, le développement de la précarité, les politiques d’austérité imposées aux salariés, actifs, retraités et chômeurs induisent baisse du pouvoir d’achat, inquiétudes sur l’avenir et conduisent naturellement les consommateurs à restreindre leur demande de crédit. Il ne faut pas être devin pour prévoir cette évolution.

De même, la modification du cadre réglementaire du crédit à la consommation n’est pas survenue du jour au lendemain. Depuis de nombreuses années, les organisations de consommateurs, les organisations syndicales souhaitaient une modification de cette activité avec des garanties pour les consommateurs. À l’issue de très longs mois, d’années de débat, des évolutions ont été inscrites dans la loi. Tout cela était prévisible, annoncé. Donc rien ne justifie que les salariés de Cofinoga fassent les frais de ces aveuglements. À moins qu’il ne s’agisse tout simplement d’autre chose, à savoir une stratégie délibérée des deux actionnaires.

Les deux Fédérations CGT Banques/Assurances et Commerce, Distribution et Services ne sauraient avaliser ce plan social que Cofinoga tente d’imposer.
Ces quelques reclassements annoncés (40 au sein de BNP Paribas et 50 dans le groupe Galeries Lafayette) ne peuvent cacher que 330 autres vont se retrouver sans perspective, sans emploi. Inadmissible. Nous estimons que d’autres solutions sont à envisager.

Le métier essentiel de Cofinoga est de faire du crédit, ce qui est le métier de base des banques.
La CGT propose que l’on s’oriente vers une reprise des activités Cofinoga au sein de BNP Paribas et en lien avec celles de BNP Personal Finance (ex Cetelem).
Cela pourrait se faire en garantissant le niveau d’emploi actuel sur l’ensemble des sites et tout particulièrement à Mérignac.
La situation financière des deux groupes BNP Paribas (7,8 milliards de bénéfice en 2010) et des Galeries Lafayette permet que tout soit mis en œuvre pour empêcher cette casse sociale.

Les deux Fédérations CGT estiment une nouvelle fois que les salariés de Cofinoga n’ont pas à payer pour les erreurs et les exigences de rentabilité immédiate des deux actionnaires. Elles sont aux côtés des salariés, de la CGT Cofinoga, pour s’opposer à ce plan dit social.
Elles appellent les salariés à la résistance, dans l’unité la plus large.

Montreuil, le 30 janvier 2012