Les salariés des entreprises du Groupe Actissia (France- Loisirs ; Teralibris ; Marigny et Joly ; Setralog et Socprest) veulent le maintien de leurs emplois !

ACCUEIL / Actualités / Informations / Les salariés des entreprises du Groupe Actissia (France- Loisirs ; Teralibris ; Marigny et Joly ; Setralog et Socprest) veulent le maintien de leurs emplois !

Les salariés des entreprises du Groupe Actissia (France- Loisirs ; Teralibris ; Marigny et Joly ; Setralog et Socprest) veulent le maintien de leurs emplois !


1200 salariés du Groupe Actissia - dont 860 en France (dont 10 dans les DOM-TOM), 150 en Belgique, 60 en Suisse, 80 au Québec et 18 en Autriche - sont menacés de licenciements puisque le Groupe risque la liquidation judiciaire.

Déjà, les salariés ont eu à subir un plan de licenciement de 450 emplois au sein du Groupe.

Les salariés ne sont aucunement responsables de la situation. Ce sont les dirigeants successifs en passant par les Groupes Bertelsmann et NADJAFI qui, après s’être empli les poches, se débarrassent de l’entreprise et des salariés.

Pendant que certains s’octroyaient des revenus mirobolants, jusqu’à 10 fois le salaire annuel d’un salarié du groupe, les salariés de SETRALOG ont dû recourir aux prud’hommes afin de faire régulariser leur prime d’ancienneté impayée depuis 10 ans !

Les élus de différentes Organisations Syndicales ont interpellé dans l’unité le Gouvernement afin qu’il puisse apporter une aide financière de 10 millions d’euros pour sauver tous les emplois à faute du nouveau repreneur.

Une nouvelle audience au Tribunal de Commerce est prévue le 24 juillet, après avoir accordé un délai supplémentaire.

La CGT dénonce cette situation et apporte son soutien aux salariés.

CP France Loisirs.pdf

Top