BOMPARD liquide « sans état d’âme » les magasins EX-DIA 2100 salariés concernés ! Combien de « bradés » et de « sacrifiés » ?

ACCUEIL / Actualités / Informations / BOMPARD liquide « sans état d’âme » les magasins EX-DIA 2100 salariés concernés ! Combien de « bradés » et de « sacrifiés » ?

BOMPARD liquide « sans état d’âme » les magasins EX-DIA 2100 salariés concernés ! Combien de « bradés » et de « sacrifiés » ?


Le 4 juin se déroulera le CCE de la proximité au cours duquel sera donnée la liste définitive des magasins qui n’ont pas de repreneur, qui à ce jour, se chiffre à 227.

La CGT appelle les salariés à faire grève à partir du 4 Juin et les jours suivants pour dénoncer les fermetures de ces magasins et les licenciements qui vont en découler.

Sur les 272 magasins Carrefour Contact, City et Marché (EX DIA) menacés de fermeture, 227 d’entre eux n’ont pas reçu, selon la direction, d’offres concrètes et pourraient disparaître dès l’été prochain, entraînant la suppression de plusieurs centaines d’emplois.

Ces fermetures de magasins de proximité vont pénaliser les populations les plus fragiles et isolées, notamment les personnes âgées, les personnes à mobilité réduite et celles qui ne sont pas véhiculées. Elles contribueront aussi à la destruction des liens sociaux dans les quartiers et les villages.

Carrefour a racheté en 2014 les magasins EX-DIA pour éviter, notamment, qu’ils partent à la concurrence. Comment croire qu’ils allaient tout faire pour céder ces magasins à des enseignes concurrentes en 2018 ?

Pour preuve à Breuillet (91) un maire déclare : « Nous avons trouvé des repreneurs, mais l’enseigne refuse d’échanger avec eux avant fin juin, c’est lamentable. »

Compte tenu des propositions à minima de la direction pour reclasser les salariés, tout porte à croire qu’ils veulent en réalité se débarrasser d’un maximum d’entre eux.

La CGT exige que la direction apporte des preuves de leurs recherches de repreneurs et démontre que tout a été mis en oeuvre pour reclasser ces salariés en interne avec des conditions qu’ils seraient susceptibles d’accepter.

La CGT réaffirme qu’il y a d’autres choix pour sauver ces emplois.

CP Carrefour 4 juin.pdf

Top