Compte-rendu du Comité Fédéral National des 2 et 3 décembre

ACCUEIL / Actualités / Dossiers thématiques / Compte-rendu du Comité Fédéral National des 2 et 3 décembre

Compte-rendu du Comité Fédéral National des 2 et 3 décembre


Le CFN a eu lieu les 2 et 3 décembre 2019 à Montreuil, en présence de 200 délégués syndicaux centraux et des membres de la CEF. Ces deux jours de débat ont permis de faire un point sur l’avancement des résolutions prises lors du dernier congrès et de discuter des perspectives à venir.

La première journée a débuté par le rapport d’activité présenté par Amar Lagha, secrétaire général.

RAPPORT D’ACTIVITÉ (EXTRAITS)

« L’enjeu est bien de rendre notre fédération plus proche des salariés, plus solidaire. Qu’elle soit plus effi cace dans la construction et la mise en convergence des revendications, dans l’organisation des mobilisations afin de les faire aboutir, avec l’aide des structures territoriales. Nous avons la volonté d’être à la disposition des syndicats, de nos syndiqués et des structures
territoriales. Dans cette démarche, nous avons multiplié les collectifs de branche, avec un envoi régulier de circulaires dans les territoires. Pour renforcer cette proximité, nous avons fait le choix de maintenir des commissions exécutives fédérales décentralisées, comme à La Rochelle ou à Perpignan.

Nous avons maintenu les permanences fédérales, ce qui engage chaque semaine un membre de la direction fédérale à être présent à Montreuil pour répondre aux sollicitations. Nous avons renforcé notre pôle juridique avec la signature de nouvelles conventions d’avocats pour répondre aux discriminations que subissent nos élus dans les entreprises. Nous avons réorganisé le pôle formation, plus de 1389 stagiaires ont pu bénéficier de formations fédérales depuis notre dernier congrès.

Nous avons produit un guide sur les élections CSE. Nous avons adapté des sessions CSE par branche  ou par collectif d’entreprise et organiser des formations décentralisées dans les territoires. Pour mieux articuler le travail entre la fédération et les responsables syndicaux, nous avons organisé plusieurs rencontres. Ces rencontres ont réuni à chaque fois 200 à 300 camarades venant de tous les territoires. Ces échanges ont mis en avant l’importance de la formation notamment pendant la mise en place des CSE, afin de pallier les difficultés auxquelles nous sommes confrontés. A l’occasion de ces rencontres des initiatives revendicatives ont été proposées.

Notre Fédération a été partie prenante sur toutes les mobilisations interprofessionnelles et visible dans les manifestations avec un matériel spécifique. Nous avons organisé une assemblée générale les 7 et 8 mars 2019 pour la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, avec la participation de deux militantes exemplaires, ANISSA HADHURAMI de la CGT Mayotte et KARIMA YACOUBI du syndicat Tunisie.

Pour mieux appréhender la résolution 1, nous avons organisé les 2 et 3 juillet 2019 deux journées de débats sous forme de tables rondes. De la création du premier syndicat CGT des livreurs à vélo en Gironde à la création d’un collectif confédéral dédié à ces travailleurs des plateformes, nous pouvons être fiers du travail de notre fédération, résolument ancrée au cœur des luttes.

Dans le cadre de la mise en place du CSE, les résultats reçus à la Fédération sont très favorables. Pour la première fois, le 15 novembre 2018, nous avons organisé à la Fédération une journée d’étude ICTAM et Encadrement en lien avec l’Union Fédérale des personnels Encadrement Commerce (UFEC).

Nous avons produit un kit syndicalisation, un guide repères revendicatifs et un guide sur le droit à la déconnexion.

Pour la 5ème année consécutive, nous avons décidé de participer à la plus grande fête populaire de notre pays, la Fête de l’Humanité en y étant visible par notre stand.

Une des mesures phares de notre dernier congrès était de donner une dimension internationale à notre solidarité. C’est précisément ce que nous avons porté lors des congrès d’UNI MONDE à Liverpool en juin

2018, au congrès d’UNI EUROPA COMMERCE, à Bucarest, en octobre dernier, ou au congrès de l’EFFAT au Zagreb, au début du mois dernier. Le congrès de Reims nous avait donné mandat pour créer les conditions d’adhésion à la FSM, et c’est chose faite puisque nous sommes officiellement de nouveau adhérents depuis le 14 mars 2019. Par cet acte, nous réaffirmons encore plus fort notre solidarité avec les peuples, et surtout avec les travailleurs du monde entier. C’est le sens que l’on a voulu donner à notre séminaire international qui s’est tenu il y 2 semaines, les 20 et 21 novembre.

De cette enrichissante initiative, nous sommes sortis avec une motion et un engagement commun d’une action mondiale dans la grande distribution le 7 mars 2020.

Mes chers camarades, ce CFN se déroule dans une période difficile tant au niveau national qu’international. Nous ne cessons de subir une surenchère d’une extrême libéralisation qui remet en cause nos acquis sociaux.

Nous sommes à la veille d’une grande journée de mobilisation pour la défense et la sauvegarde de notre système actuel de retraite. Dans nos métiers du commerce et des services, si ce projet de loi passe, ce sera un véritable carnage pour tous les futurs retraités. Nous avons, en octobre 2018 et septembre2019, envoyé un matériel spécifique retraite à toutes nos bases pour informer les salariés des dangers de ce projet. »

L’après-midi, les camarades présents au CFN ont débattu sur la résolution 1, présentée par Brigitte Couderc et Amel Ketfi , secrétaires fédérales.

BILAN DE LA RÉSOLUTION 1 : EMPLOI ET CONDITIONS DE TRAVAIL, NOUVEAUX MÉTIERS, NOUVELLES TECHNOLOGIES, NUMÉRISATION ET UBÉRISATION DE L’ÉCONOMIE (EXTRAITS)

« Le pôle revendicatif a pour mission de tout mettre en oeuvre pour faire vivre les résolutions du dernier congrès. Plusieurs réunions de travail ont eu lieu, ce qui nous a permis d’élaborer une feuille de route qui a été validée par la Commission Exécutive Fédérale du 28 juin 2018.

Pour mener à bien la connaissance de nos mandatés, nous avons dû mettre à jour notre annuaire fédéral qui en constante évolution. Le rôle essentiel de ce pôle est de faire vivre la résolution 1 de notre dernier Congrès, à savoir : emploi et conditions de travail, nouveaux métiers, nouvelles technologies, numérisation et ubérisation de l’économie.

Il s’agit de donner du contenu revendicatif et des supports accessibles à toutes nos bases syndicales. C’est dans cet esprit que chaque point a fait l’objet d’un travail commun, qui s’est traduit par l’élaboration de tracts, de 4 pages et de livrets qui vous ont été communiqués.

Il est important de noter que le pôle revendicatif a travaillé en lien avec les pôles communication, DLAJ et vie syndicale. Nous tenons à remercier la Fédération des Bureaux d’Étude, ainsi que le collectif confédéral Femmes-Mixité.

Pour rappel, les 4 thèmes principaux de cette résolution sont : emploi et conditions de travail ; nouveaux métiers, nouvelles technologies, numérisation et « ubérisation » de l’économie ; la communauté de travail ; et le regroupement des CCN : pour des garanties collectives.

Pour le 1er thème, plusieurs documents ont été élaborés : un 4 page « L’argent pour les salaires, pas pour les actionnaires » ; un 4 pages reprenant nos revendications et un guide concernant le travail dominical.

Comme vous le savez toutes et tous, le 8 mars est une date importante pour notre Fédération. Cette année 2019, nous avons organisé une rencontre inédite avec des salariées d’autre pays et à cette occasion nous avons distribué un guide qui détaille les modalités de l’Index de l’Égalité Femmes / Hommes du gouvernement, mais surtout les bases revendicatives CGT pour gagner l’égalité dans l’entreprise.

Le 2ème thème a été largement abordé au cours des journées d’étude qui ont eu lieu les 2 et 3 juillet 2019, avec plus de 200 participants. »

« Pour rappel, dans le cadre du regroupement des conventions collectives selon les 3 secteurs définis et voulus par notre Fédération, à savoir Commerce, Services et HCR-Tourisme, nous avions acté de travailler autour de 3 thèmes revendicatifs à mettre en application dans les branches. Il s’agit : d’une complémentaire santé prise en charge par l’employeur dans sa totalité ainsi que de meilleures garanties au niveau de la prévoyance ; d’un 13ème mois plein sans condition et sans prorata ; et de la mise en place de jours de congés spéciaux supplémentaires rémunérés.

Sous couvert de restructuration des branches, ce gouvernement n’a qu’un objectif : niveler les droits des salariés par le bas afin de donner toute latitude au patronat pour appliquer les dispositions les plus avantageuses pour lui. Nous attendons depuis déjà quelques mois le fameux rapport RAMAIN, qui serait visiblement la feuille de route du gouvernement en matière de regroupement des CCN.

Bien que nous ayons déjà des pistes de réflexion CGT en la matière, il nous paraît plus opportun d’attendre ce rapport, non pour s’y conformer, mais pour mieux adapter notre stratégie revendicative.

Ainsi, la Fédération vous propose de mettre en place une journée d’étude aussitôt le rapport sorti, qui sera analysé avec la confédération. Nous aborderons alors de manière plus précise notre axe stratégique pour imposer et faire appliquer les 3 revendications communes que j’ai citées au départ. Cette journée d’étude s’accompagnerait d’un guide à l’instar de ce qui s’est fait lors de chaque réforme, afin de vous informer et surtout de vous outiller. »

Le mardi 3 décembre, deuxième journée du CFN, a commencé par le bilan de la mise en œuvre de la résolution 2, présenté par Charles Dassonville.

BILAN DE LA MISE EN OEUVRE DE LA RÉSOLUTION 2 : STRUCTURATION ET SYNDICALISATION (EXTRAITS)

« La résolution 2 structuration et syndicalisation est une priorité dans toute la CGT. Nous devons être en capacité de mieux structurer les syndiqués dépendants de nos champs professionnels. Les camarades du commerce et des services doivent pouvoir participer à l’activité dans toutes les Unions Locales. Cela demande donc une présence organisée des camarades de nos secteurs. D’où tout l’intérêt d’avoir acté la rétribution de 10 % de nos heures de délégations à nos structures de proximité. Il en est de même pour la syndicalisation, cela doit être un acte systématique, partout où nous allons, partout où nous recevons des salariés, l’adhésion doit être proposée.

Le collectif Structuration se réunit une fois par mois avec en moyenne 5 à 6 dossiers à traiter. 95 % des statuts déposés ne présentent pas de difficulté majeure. Durant toute la procédure, les Unions Départementales concernées sont destinataires des éléments et courriers. Leur validation est requise.

Nous avons enregistré près de 100 créations de syndicats. Ce n’est qu’un début, nous devons travailler à ce que cela se généralise. Beaucoup trop de camarades restent syndiqués dans le syndicat multi-professionnel de l’UL. Nous sommes la Fédération qui a le plus grand nombre de salariés sur le territoire, il nous faut donc mieux les organiser pour toute la CGT.

Afin d’avoir une direction fédérale réactive et à la hauteur de ces enjeux, il a été mis en place une formation Cogitiel, Cogetise et organisation.

70 % de la direction a suivi cette formation. Sur l’état des forces organisées et en comparaison de novembre 2019 à novembre 2018 :

  • Nous constatons pour 2017, exercice clôturé, un retard de 371,16 FNI.
  • Sur 2018, après 23 mois d’exercice, nous avons à ce jour un retard de 241,7 FNI, ce qui peut être rattrapé dans les trois ou quatre mois à venir, avant la clôture de cet exercice.
  • Quant à 2019, après 11 mois d’exercice, nous sommes en progression de 732,27 FNI.

Un peu d’implication peut nous permettre de régulariser la situation, une erreur de règlement, un oubli, ou un transfert non fait.

Nous avons reçu un grand nombre de résultats électoraux, avec une CGT en progression. Je tiens, au nom de toute la direction fédérale, à vous féliciter de ces bons résultats.

Ce qui fait l’écart avec la CFDT, c’est 20 % de listes en moins qu’eux, car lorsque nous avons des candidats, bien souvent nous nous en sortons bien. Il nous faut donc déposer le plus souvent possible des listes CGT.

Il nous faut structurer dans les départements, pour que nous puissions tisser des contacts du commerce et des services dans chaque département du territoire, voire même dans chaque Union Locale. Et bien sûr, il faut créer des syndicats d’établissement partout où cela est possible. C’est pour cela que nous avons édité un livret avec tous les modèles de statuts.

Sur la syndicalisation, il nous faut redonner un coup de fouet à notre campagne 1+1. Le livret a été très apprécié par les camarades du commerce et des services, mais aussi par les territoires qui nous ont déjà réclamé d’autres exemplaires. Chacun d’entre nous doit être en capacité de faire et de faire faire une adhésion. Chaque nouveau syndiqué doit savoir qu’il doit faire une adhésion dans l’année, un challenge pour que le 1+1 fonctionne.

Si nous prenons en main notre avenir, nous pouvons faire changer les choses. Plus nombreux, nous sommes plus forts pour conquérir de nouveaux droits. »

Pour finir, Amar Lagha a conclu le CFN et a donné les perspectives à venir pour la Fédération.

CONCLUSION ET PERSPECTIVES (EXTRAITS)

« Hier nous avons fait le point sur nos résolutions. Il reste des choses à mettre en œuvre et il nous reste un an avant le prochain congrès. Nous devons réfléchir à un matériel sur le travail de nuit, sur les caisses automatiques et sur ’ubérisation, à un tract en direction de la clientèle pour leur expliquer les conséquences des caisses sur la protection sociale. Et sur la résolution 1, une journée d’étude concernant le regroupement des CCN va être prévue dès qu’on aura le rapport.

On a eu un moment fraternel et solidaire concernant la situation de Cuba. La Fédération participera à toutes les initiatives de solidarité. La Fédération va interpeller en créant une cagnotte de solidarité pour Cuba.

Sur la structuration, Charles a pu rappeler la feuille de route. Il nous este la campagne TPE. Il faut accélérer cette campagne. Depuis le lendemain de notre congrès, nous essayons d’être à la disposition des syndicats, avec des règles de vie, avec une conception du syndicalisme. On était sur toutes les batailles. On a poussé à toutes les convergences.

Ce qu’on a pu construire depuis un an et demi, c’est un travail collectif. Plus de 1400 stagiaires formés, des formations décentralisées. Le pôle juridique reçoit des centaines d’emails.

Le pôle revendicatif a produit du matériel. Le pôle organisation répond dans des délais d’à peine trois mois. Les décisions qui ont été prises au congrès, elles ont été mises en œuvre.

La Fédération a mandat maintenant pour réfléchir sur des pistes de résolutions pour le prochain congrès. »

Top